Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Partenaires

logo 

logoF noir

Archives

Trans-canada2011

logo gwen def noir[1]

La traversée du Canada d'Ouest en Est, de Vancouver à Halifax. 6012.9 km en course à pied. Aucun jour de repos. Plus de 65 km de moyenne par jour .

18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 08:32

Comment occuper un week-end prolongé du 15 août et une fin des vacances ? En faisant un voyage au pays des Gaulois pardi !

 

Nous avons rejoint la caravane de la Transe-Gaule à Guer, terme de la 3ème étape. Le temps d'embrasser toute la bande, revoir les potes coureurs et bénévoles, il est déjà l'heure d'aller au lit. Il ne faut pas oublier qu'ils viennent de courir 75 km aujourd'hui, 207 en 3 jours depuis Roscoff. 

Nuit difficile car peu fatigué et il faut se réhabituer aux bruits de la salle-dortoir ! Réveil à 5h, petit dèj puis briefing et on se dirige vers la ligne de départ.

 

Etape 4: Guer-Chateaubriant, 67 km en 7h05.


Il y a 2 départs, espacés de 30'. Les 8 premiers de l'étape 3 partent donc après les autres. Je pars dans le 1er groupe, ce qui me permet de voir tous les coureurs. Tranquillement, je démarre avec les derniers puis remonte petit à petit vers les avant-postes. C'est sympa de voir la course de l'intérieur sans avoir à gérer son effort en prévision des étapes suivantes.

Je finis par arriver en tête de course, mais pour ne pas gêner les coureurs je reste un peu en retrait en attendant que les plus rapides reviennent de derrière. Ensuite, c'est le plaisir total, je me retrouve en plein milieu de la bagarre et je cours un peu avec chacun des cadors qui me doublent jusqu'au ravitaillement 3 (R3) au km40. Je ferai ensuite route avec Hervé Bec, un autre visiteur Gaulois jusqu'au km60. De quoi voulez-vous qu'on parle dans ces cas-là ? La fin fût un peu raide pour moi et les 5 derniers kilomètres ont été faits plus doucement pour préparer la récupération. Il y a 71 km demain !

Certains coureurs commencent à être marqués par les efforts et les blessures habituelles arrivent. Releveurs douloureux, chevilles enflées, tendons d'achille, etc... toute la panoplie du coureur d'Ultrafond ! 

Pour le reste, comme à chaque fois, c'est un grand plaisir de se retrouver au beau milieu de ces nomades. D'autant plus qu'il règne cette année encore une belle ambiance et une grande solidarité emprunte de respect entre tous les coureurs. Les bénévoles sont également toujours au top et c'est une machine bien huilée qui permet aux coureurs de vivre leur course dans les meilleures conditions possibles.

 

Etape 5: Chateaubriant-St Georges sur Loire, 71 km en 7h57.


A faire du fractionné toute la journée d'hier, j'ai forcément laissé quelques forces. D'autant plus que c'était ma plus grosse sortie depuis la Mil'Kil et qu'il fallait réveiller la bête. Le départ est un peu douloureux, le corps envoie des signaux de partout, mais remonter la course va se faire tranquillement quand même, sans aucune bonne sensation, mais ça avance pas mal. Les plus rapides sont encore partis 30' plus tard, mais je vais me faire rattraper beaucoup plus tôt qu'hier. J'ai du mal à trouver mon rythme et des sensastions correctes. Il me faudra 25 bons kilomètres avant que tout se mette en place. Le corps a une bonne mémoire et il semble accepter de remettre le couvert aujourd'hui. J'ai voulu courir 3 jours, alors pas de pitié pour le caribou.

Je me fais avaler par une bonne partie des "rapides" ainsi que Ronan Léost en visite aujourd'hui, mais je sens que je monte en puissance au fil de la journée. Je passe finalement du bon temps et quand Fabrice Viaud (maître es Transe-Gaule avec ses 7 participations réusssies) me rattrape, je réussis à rester avec lui. Au dernier ravito (7 km de l'arrivée) je reste 3' de plus que lui et me dis que je ne le reverrai qu'à l'arrivée. Mais à la sortie d'un virage, je l'ai en ligne de mire et décide d'essayer de le rejoindre. Le pari est un peu osé car c'est un véritable bulldozer, mais à 2km du but je place une accélération qui, je l'espère, me permettra de faire la jonction avant la ligne d'arrivée. Ouf, à 200m de la banderole je suis dans sa foulée ! Nous terminons ensemble et je me sens en bien meilleur état qu'hier. Le corps a repris ses petites habitudes.

Marie-Jeanne Simons (5 Transe-Gaule réussies !) a dû abandonner au R2, pour des problèmes de dos....

Apéro offert par la mairie et ovation par une haie d'honneur pour les derniers arrivants de l'étape qui profitent ainsi d'une bonne bouffée de plaisir après de longues heures sur la route. Ils auront moins de récupération mais auront eu une belle dose de chaleur humaine. C'est aussi ça la Transe-Gaule, une communion dans l'effort et le respect sincère de chaque participant.

Les blessés sont un peu plus blessés aujourd'hui, d'autres commencent à sentir des douleurs, mais tous gardent le moral. Demain une petite étape les attend et ils savent qu'ils auront, pour les moins rapides, 3 heures de récupération en plus. 

Le repas est préparé par la famille Codet, organisatrice de l'Etoile Savoyarde et bénévole au R1 sur chaque étape. Miam miam !

 

Etape 6: St Georges sur Loire-Doué la fontaine, 53 km en 5h30.


Ma dernière journée sur la course.... Je pars comme les jours pécédents avec les derniers puis remonte doucement. La Transe-Gaule passe la Loire au km6 et c'est un grand pas de franchit. Ensuite nous naviguons dans les coteaux du Layon et les paysages sont plus agréables. J'ai d'excellentes sensations et j'en profite pour accélerer un peu avant le R2 au km25. Il n'y a que 53 km et je veux profiter de cette dernière journée pour finir mon entrainement proprement. Cette belle chevauchée m'amènera à rejoindre F.Viaud (oui, celui qui m'a mis 30' hier !) au niveau du R3 au km39. Il repart encore avant moi et je le rejoindrais seulement au ravito suivant au km48 malgré une bonne allure soutenue ! Je vous l'ai dit, c'est un bulldozer ! Encore une fois, il redémarre avant moi mais je ne traîne pas et retourne une dernière fois à la chasse. Entretemps nous nous faisons doubler par un missile lancé à plus de 12km/h qui va nous laisser sur place: Patrick Poivet qui a l'habitude semble-t-il de terminer ses étapes en boulet de canon.

Je prends la foulée de Fabrice à 3 km de l'arrivée et décide de terminer avec lui. Mais pas question de faire son lièvre, même s'il est lancé à la chasse de la Taïwanaise qu'il a en ligne de mire. Je lui dit que je ne l'aiderai pas car ça ne serait pas fair-play et il est bien d'accord, lui-même n'appréciant pas ce genre de comportement de la part des autres. Bien sûr, j'aurais été participant cette année, nous aurions fait équipe à ce moment-là, mais je suis en visite, alors je reste calé derrière lui. Il a aussi un autre concurrent dans le viseur, mais là, aucune chance de l'atteindre, la banderole est trop près. Une dernière petite accélération et il fait la jonction à 300 mètres du but, puis termine avec Wang.

Voilà, clap de fin pour moi. Je termine en super forme ces 3 jours, ce qui n'était pas gagné d'avance.

Lena qui était bénévole depuis 6 jours va quitter la course et c'est Awen qui va rester à son tour.

Une douche, une bière, un bon repas et une petite sieste, derniers moments sur la Transe-Gaule....

Les derniers coureurs sont encore sur la route au moment où nous quittons Doué la Fontaine, mais après avoir salué le maximum de personnes, il est temps de rentrer en Bretagne et de laisser l'aventure continuer....

 

Tous les résumés d'étape et photos sont sur Yanoo, comme d'habitude: 

http://www.yanoo.net/


Partager cet article
Repost0

commentaires